Alienum phaedrum torquatos nec eu, vis detraxit periculis ex, nihil expetendis in mei. Mei an pericula euripidis, hinc partem.

Blog

GARR / Catégories en Français  / Nouvelles  / Actualités  / Droits de l'Homme  / Deux paysans du Parc La Visite sont encore sous les verrous au commissariat de Jacmel
Photo: Josué Michel

Deux paysans du Parc La Visite sont encore sous les verrous au commissariat de Jacmel

Elius Alfred et Jean Louis Saint Fort, sont les deux  paysans qui se trouvent en garde à vue, au commissariat de  Jacmel. Alors que deux personnes sont arrêtées dans le camp des victimes, aucune enquête n’a été annoncée par les autorités haïtiennes sur les circonstances dans lesquelles  quatre paysans ont été assassinés et plusieurs dégâts matériels enregistrés lors de cette opération dirigée par les plus hautes autorités de l’Etat dans le Sud-est. Aucune mesure conservatoire indiquant une quelconque volonté de rendre justice n’a été prise à l’encontre des autorités qui se trouvaient présentes sur les lieux au moment de l’opération. 

« Ils n’ont aucune charge contre ceux qu’ils ont arrêtés, pourtant ils sont en train de pourrir en prison, J’ai parlé au commissaire du gouvernement de Jacmel, il m’a dit que c’est une affaire politique. Il ne peut décider de les relâcher si aisément », déclare d’un ton révolté, Fritz Gustave, un habitant du Parc La Visite.

Contacté au téléphone par le GARR, cet agriculteur dit  faire le pied de grue auprès des instances concernées pour réclamer la libération de ses frères, mais sans succès. « Voici, la réalité de la justice haïtienne. Les victimes  qui n’ont pas de gros moyens sont souvent à la place des coupables », se plaint-il ajoutant que les paysans sont la proie d’un système judiciaire inique.

Lors d’une journée de réflexion organisée par le GARR et la FRAKKA, le ministre de l’Environnement, Jean Vilmond Hilaire, qui avait eu un entretien avec une délégation des paysans du Parc La Visite, avait promis de faire un suivi de ce dossier. 

Sous les regards  revendicatifs des quatorze paysans  venus du Parc, le ministre Hilaire,  avait donné la garantie que son administration favorisera le dialogue et non la violence dans les relations entre les paysans et  son ministère.
  
« Mon administration mettra l’accent sur le dialogue avec tous les occupants-es du Parc afin de mieux résoudre le problème de l’environnement qui date de plusieurs décennies.», avait-t-il promis.

Suite à des visites d’investigation, un rapport  signé conjointement par le GARR et la FRAKKA présente un bilan de  quatre tués, deux enfants disparus, des maisons détruites et incendiées et du bétail tué lors de l’opération du 23 juillet 2012.

« La libération immédiate des deux personnes arrêtées, l’adoption de sanctions contre les autorités qui ont mené cette opération, la mise en marche d’un processus de recherche afin de retrouver les trois enfants portés disparus, des mesures de protection et de réparation pour les familles victimes, la recherche d’une alternative viable pour les paysans à leurs déplacements du parc, la mise en place de services de base pour  les paysans et leur intégration dans la protection de la forêt au lieu de les réprimer et les exclure »,  sont, entre autres, les principales recommandations faites dans ce rapport.

No Comments

Post a Comment