Alienum phaedrum torquatos nec eu, vis detraxit periculis ex, nihil expetendis in mei. Mei an pericula euripidis, hinc partem.

Blog

GARR / Catégories en Français  / Nouvelles  / Actualités  / Droits de l'Homme  / Un membre du cartel municipal de Savanette impliqué dans un cas de viol

Un membre du cartel municipal de Savanette impliqué dans un cas de viol

La victime a déclaré, au cours d’un entretien téléphonique, qu’elle a été contrainte par le maire de descendre de l’âne sur lequel elle se trouvait pour investir une maison abandonnée.

« Le maire m’a forcée à descendre et m’a ensuite conduite à l’intérieur d’une maison inhabitée pour me violer. Il a même menacé de me tirer dessus en touchant son pistolet au cas où je n’aurais pas obéi.», a-t-elle confié au GARR.

Des membres du Comité de Droits humains de Savannette ont emmené la victime à l’hôpital afin d’obtenir un certificat médical pour des suites légales. Une lettre de plainte avait été déposée au tribunal de paix de Savannette et le juge Jackson Toussaint a ordonné aux autorités policières de la zone l’arrestation du maire. Mais l’ordre de la justice a été plutôt ignoré par les autorités policières, a constaté le Comité des Droits Humains de ladite commune.

Joint au téléphone, le 24 août 2012, le maire Fils-aimé, a avoué au GARR avoir effectivement eu cette relation sexuelle avec la mineure, mais selon lui ce fut sur une base consentante. Il déclare avoir entretenu des rapports sentimentaux avec la jeune fille depuis une année sans toutefois prendre le soin de lui demander son âge. Il a démenti l’avoir violée ni de l’avoir menacée de mort.

Le père de la victime, M. St Fort Jean, a condamné le comportement des autorités policières de la région qui, selon lui, tardent à exécuter l’ordre de la justice contre un homme qui a violé sa fille.  

« Le maire court les rues comme bon lui semble jusqu’à s’innocenter à la presse en dépit d’un mandat décerné contre lui.», a-t-il dénoncé.

M. Jean, qui a trois enfants dont deux filles et un garçon, s’est dit indigné de la façon dont le Conseiller municipal de Savannette a abusé de sa fille.

«C’est surprenant ! Je me sens humilié par cet acte immoral qui vient de se produire. Je me demande comment un maire qui devait être un exemple pour tous les habitants-es de la commune puisse agir d’une telle façon.», s’est-il interrogé.

Pour sa part, le Coordonnateur National du RFJS, Alexis Alphonse, appelle les autorités judiciaires de la région à mettre l’action publique en mouvement contre l’agresseur. « Justicee doit être rendue à qui elle est due et réparation doit être faite à Yanick pour que ces actes ne se reproduisent plus.», a-t-il martelé.

Soulignons que le 13 août 2012, à Gabourette, une autre localité de la commune de Savannette, une fille de 11 ans a été violée par un quinquagénaire dénommé Tonnor. Un mandat avait été émis contre l’agresseur qui a pris le maquis.

Le GARR appelle les autorités judiciaires à travailler pour faire cesser les actes de violence à l’égard des femmes et protéger les mineures souvent victimes des actes de viol dans la commune frontalière de Savanenette. Cinq (5) cas de viol ont été enregistrés entre janvier et août 2012 dans cette commune, dont trois seulement pour le mois d’août. Il demande à La Police de jouer son rôle en exécutant le mandat décerné par la Justice pour que le Maire puisse venir s’expliquer sur les faits qui lui sont reprochés.

No Comments

Post a Comment