Alienum phaedrum torquatos nec eu, vis detraxit periculis ex, nihil expetendis in mei. Mei an pericula euripidis, hinc partem.

Blog

GARR / Catégories en Français  / Nouvelles  / Actualités  / Haïti-République dominicaine Relations  / Haïti- République Dominicaine : Paralysie répétée de la frontière haitiano-dominicaine, un signe de l’absence de gouvernance
Photo: Jerpiz Suero

Haïti- République Dominicaine : Paralysie répétée de la frontière haitiano-dominicaine, un signe de l’absence de gouvernance

Le véhicule intercepté à Jimaní avait été soumis à la justice dominicaine qui s’est prononcée en faveur de sa restitution, selon les propos rapportés par le propriétaire.  Face au refus des militaires d’obéir à l’ordre donné par la justice, le propriétaire du véhicule confisqué, accompagné d’amis protestataires, a saisi à l’entrée de la frontière Malpasse, la clé d’un autre camion dominicain qui transportait du bois vers Haïti.  La porte de ce point frontalier a été ainsi bloquée pendant plus de trois heures par le camion empêchant le passage d’autres véhicules.

Plusieurs voyageurs qui se rendaient dans l’un ou l’autre pays ont dû patienter pendant des heures sans pouvoir continuer leur chemin.  Les joueurs de l’équipe nationale de football de Porto Rico qui allaient en République Dominicaine en passant par Haïti en autobus, après avoir participé à l’Eliminatoire de la coupe caraïbe des nations,  ont dû descendre du véhicule qui les transportait et transférer leurs bagages vers un autre véhicule afin de pouvoir continuer leur route.

Cette situation avait provoqué une négociation intense entre les agents de la  Police Nationale Haïtienne, de la Police Nationale Dominicaine, du CESFRONT, de l’immigration et les agents douaniers des deux pays en vue d’un déblocage possible.

Suite à une entente avec les protestataires, notamment avec le chauffeur haïtien, la clé du véhicule ayant bloqué la route a été remise aux agents de la PNH qui ont pu ainsi débloquer la frontière.

Interrogé au téléphone, le 14 septembre 2012,  par la Section Communication & Plaidoyer du GARR, Lubens Dérissaint, le chauffeur du camion haïtien, a souligné que le véhicule confisqué par les dominicains avait à son bord une cargaison de sucre et de vin estimée à plus de dix huit mille (18,000.00) dollars américains. M. Dérissaint a déclaré que les soldats du CESFRONT ont retenu le camion en dépit de la décision du juge dominicain, Paco Terrero Terez, qui a ordonné la restitution du véhicule à son propriétaire.

« Ces abus se répètent  de temps à autre à la frontière. Malgré l’autorisation de la Justice, les militaires du CESFRONT gardent encore le véhicule.», a-t-il dénoncé.

Dans l’après midi du vendredi 14 septembre 2012, la frontière de Malpasse a été de nouveau bloquée aux environs de 5 heures pm, a appris le GARR.

Ces genres de situations se produisent fréquemment à la frontière, en raison de l’absence de réglementation claire pour les échanges commerciaux entre les deux pays et surtout en raison de l’intrusion des agents de la migration et des militaires du corps spécialisé CESFRONT dans des questions qui ne relèvent pas de leur compétence.

Rappelons que  M. Laurent Lamothe, actuel premier ministre haïtien avait signé en tant que Ministre des Affaires Etrangères démissionnaire du gouvernement antérieur dont il faisait partie un ensemble de sept (7) accords avec la République Dominicaine dont l’un concerne un Mémorandum d’Entente sur la Sécurité et Frontières.  La signature de ces accords avait surpris tout le monde en raison du contexte dans lequel ils ont été passés (sous un gouvernement démissionnaire) et surtout par le fait que leurs contenus n’ont fait l’objet d’aucune discussion avec les principaux acteurs confrontés quotidiennement à un ensemble de problèmes à la frontière haitïano-dominicaine.

No Comments

Post a Comment