Alienum phaedrum torquatos nec eu, vis detraxit periculis ex, nihil expetendis in mei. Mei an pericula euripidis, hinc partem.

Blog

GARR / Catégories en Français  / Nouvelles  / Actualités  / L’augmentation des tarifs douaniers sur des produits dominicains, source de tensions au point frontalier Belladère/Elias Piña

L’augmentation des tarifs douaniers sur des produits dominicains, source de tensions au point frontalier Belladère/Elias Piña

Une situation de tension règne au point frontalier officiel Belladère/Elias Piña depuis le vendredi 18 mars 2022 dernier. Des commerçants haïtiens ont bloqué le passage frontalier de « Cachiman » avec plusieurs camions pour protester contre l’augmentation des tarifs douaniers imposés par les autorités haïtiennes sur des produits importés de la République Dominicaine.

À l’origine, les agents douaniers de Belladère avaient réclamé la somme de 50,000 gourdes à un chauffeur de camion transportant du ciment, un montant qu’il a refusé de payer, arguant que ce tarif était trop exorbitant. Les chauffeurs de transport de marchandises ont, à ce moment, entamé un mouvement de protestation.

Pour contenir ce mouvement, des agents douaniers ont rapidement fermé la barrière de la douane, avec les camions de marchandises gardés à l’intérieur.

Par contre, du côté dominicain, la frontière était restée ouverte et toutes les autres activités se réalisaient comme à l’accoutumée.

Mais ce lundi, vers une heure de l’après-midi, les protestataires ont forcé la barrière de la douane, et les chauffeurs en ont profité pour fuir avec leurs camions de marchandises sans rien payer. Pour calmer la situation, les forces de l’ordre ont fait usage d’armes à feu. Un commerçant a été bastonné par des agents du Corps d’Intervention et de Maintien d’Ordre (CIMO) affectés à la douane, selon les premières informations.

Les autorités dominicaines ont, par prudence, fermé leur barrière en attentant un retour au calme.

Le GARR déplore cette triste situation et encourage les autorités douanières à discuter avec les syndicats des transporteurs terrestres, afin de trouver une solution concertée qui permettrait la reprise normale des activités dans ce point frontalier.

Le GARR rappelle que la frontière constitue l’espace de gagne-pain de plusieurs milliers de personnes faisant ainsi vivre de nombreuses familles. La sécurité des usagers doit faire partie des priorités des autorités pour garantir un climat serein d’interaction et d’échanges entre les deux peuples.

No Comments

Post a Comment