Alienum phaedrum torquatos nec eu, vis detraxit periculis ex, nihil expetendis in mei. Mei an pericula euripidis, hinc partem.

Blog

GARR / Catégories en Français  / Nouvelles  / Actualités  / Le GARR condamne la mort d’un migrant haïtien à Ouanaminthe, suite à des violences policières

Le GARR condamne la mort d’un migrant haïtien à Ouanaminthe, suite à des violences policières

Le Groupe d’Appui aux Rapatriés et Réfugiés (GARR) a appris avec la plus grande consternation le décès d’un jeune migrant haïtien suite à des actes de brutalité dont il a été victime de la part de policiers appartenant à une unité spécialisée de la Police Nationale d’Haïti (PNH). L’incident est survenu à Ouanaminthe (Nord-est), commune frontalière avec Dajabón, le samedi 8 mai 2021.

Selon les faits rapportés par des organisations et des médias locaux, le citoyen haïtien connu sous le nom de Péguy Siméon vivait depuis quelques années en République dominicaine. Arrivé à Ouanaminthe où il a été rapatrié, il voulait se rendre dans sa communauté d’origine à Port-Margot (Nord). Mais faute de moyens pour payer le transport, il est monté sur le toit d’un autobus qui s’apprêtait à transporter un groupe de missionnaires catholiques. Pris de peur car ne connaissant pas Péguy, ils ont fait appel aux agents de la Police dont l’un a d’abord menotté le jeune homme sans défense et l’a propulsé du haut de l’autobus. Malgré cette chute fatale face contre terre et presqu’inconscient, un autre policier a continué à le tabasser à coups de matraques, selon une vidéo circulant sur les réseaux sociaux. Transporté d’urgence au centre hospitalier de Ouanaminthe, il est décédé quelques heures après.

Le GARR condamne fermement le comportement très reprochable de ces policiers dont leur mission première consiste à « protéger et servir » la population.

Frapper à mort une personne menottée, sans défense et qui ne représente aucune menace pour des policiers armés et en nombre supérieur traduit clairement une volonté explicite de ces derniers à maltraiter les citoyens-nes qu’ils sont censés protéger. C’est une violation grave des droits de l’homme que le GARR dénonce de toutes ses forces.

Il profite pour attirer l’attention de l’opinion publique sur cette tendance qui n’est pas nouvelle, mais très inquiétante de certains policiers qui se comportent en bourreaux en mettant de côté toute notion d’humanité et de compassion et utilisent une violence démesurée contre la population.

Par ailleurs, il exhorte les autorités policières à diligenter une enquête et à prendre toutes les dispositions nécessaires pour que les auteurs de cet acte lâche soient traduits par devant la justice.

Le GARR présente ses sincères condoléances à la famille et aux proches de la victime. Il profite pour rappeler que les migrants sont des personnes ayant des droits et qui méritent protection à la fois dans les pays hôtes, et aussi dans leur propre pays. Ils ne doivent en aucun cas être l’objet de discrimination, de rejet ni de mépris.

Il appelle aussi la population à faire preuve de solidarité non seulement envers les migrants, mais aussi envers toute personne en difficulté, quelle que soit son origine, qui mérite une assistance quelconque, afin que ces genres d’événements regrettables ne se reproduisent plus dans notre société.

No Comments

Post a Comment