Alienum phaedrum torquatos nec eu, vis detraxit periculis ex, nihil expetendis in mei. Mei an pericula euripidis, hinc partem.

Blog

GARR / Catégories en Français  / Nouvelles  / Actualités  / Le GARR déplore la mort par balle d’un usager de la frontière à Ouanaminthe

Le GARR déplore la mort par balle d’un usager de la frontière à Ouanaminthe

Le Groupe d’Appui aux Rapatriés et Réfugiés (GARR) déplore le décès par balle d’un usager de la frontière nord haïtiano-dominicaine, le lundi 7 juin 2021. L’incident est survenu suite à une altercation entre des forces de la Police frontalière (Polifront) et des petits marchands.

Selon certaines informations, malgré l’annonce de fermeture temporaire des marchés frontaliers par les autorités dominicaines afin de limiter la propagation du coronavirus et protéger leur population, de gros camions continuent de transporter des marchandises vers Haïti. Quant aux petits commerçants haïtiens, ils ne sont pas autorisés à accéder à l’espace du marché. Pour exprimer leur mécontentement, ils se font accompagner des chauffeurs de taxi-moto et ont bloqué le passage aux camions. Par la suite, une manifestation spontanée a eu lieu aux abords de l’un des ponts reliant Ouanaminthe à Dajabón par la rivière Massacre.

Des agents de la Polifront sont intervenus pour disperser la foule en faisant usage de leurs armes et de gaz lacrymogène. Les protestataires ont, à leur tour, lancé des pierres à l’endroit des policiers. Lors des échauffourées, un chauffeur de taxi-moto connu sous le nom de Franckly Jean, alias « Tipitè », a reçu un projectile et est décédé sur place. Deux autres personnes sont aussi blessées par balle.

Le GARR condamne ces incidents malheureux qui sèment le trouble et la mort à la frontière. Ayant pour mission de « surveiller et dissuader la traître des personnes, le trafic des armes à feu et la contrebande » à la frontière, les agents de la Polifront ne doivent pas prendre la mauvaise habitude de tirer à balles réelles sur de pauvres gens non armés. Le contexte difficile dans lequel évoluent ces policiers ne les autorise nullement à utiliser la violence envers une population qui ne cherche que les moyens de survivre.

Par ailleurs, le GARR invite les autorités haïtiennes à prendre toutes les dispositions nécessaires afin de garantir une meilleure protection pour les personnes qui fréquentent la frontière.

No Comments

Post a Comment