Alienum phaedrum torquatos nec eu, vis detraxit periculis ex, nihil expetendis in mei. Mei an pericula euripidis, hinc partem.

Blog

GARR / Catégories en Français  / Nouvelles  / Actualités  / Le GARR préoccupé par la construction d’un mur à la frontière haïtiano-dominicaine

Le GARR préoccupé par la construction d’un mur à la frontière haïtiano-dominicaine

Port-au-Prince, le 19 mai 2021.- Depuis le début de l’année 2021, les autorités dominicaines avaient annoncé la décision de construire un mur en vue de « réduire la migration irrégulière et la contrebande à la frontière haïtiano-dominicaine ». Environ cinq mois après, elles ont passé de la parole aux actes en mettant en œuvre leur plan.

L’édification de ce mur préoccupe grandement le GARR, car celui-ci représente une entrave pour les dynamiques frontalières, ainsi que le rapport de proximité entre les peuples haïtien et dominicain dans une perspective de cohabitation paisible et harmonieuse. 

L’organisation appelle les autorités des deux pays à engager un dialogue franc afin de trouver une solution commune et responsable capable non seulement d’apporter des réponses aux questions migratoires et commerciales, mais aussi et surtout de sauvegarder les liens de fraternité et de solidarité à la frontière.

Construire un mur, au lieu d’aider à résoudre les problèmes à la frontière, ne fera que briser les liens de bon voisinage déjà fragiles et compliqués entre les deux peuples. Le GARR dénonce, de ce fait, ces décisions politiques qui ne tiennent pas compte des réalités quotidiennes des deux communautés.

Il reconnait que la République dominicaine, comme État souverain, détient les droits de protéger ses intérêts. Cependant, il importe de rappeler que la frontière ne doit pas être transformée en un lieu hostile pour les ressortissant-e-s des deux pays. Elle doit garder sa vocation comme un espace d’intégration, d’interaction, de solidarité, de paix et de vivre-ensemble.

Le GARR estime qu’il est regrettable de consacrer autant de ressources et d’efforts pour éloigner les deux peuples de l’île, au lieu de contribuer au développement d’activités génératrices de revenus et à la création d’emplois dignes pour les communautés frontalières.

En tant qu’organisation de défense des droits des migrants, le GARR continue de garder un œil vigilant sur la situation des droits humains sur toute la ligne frontalière. Il plaide également en faveur du renforcement des liens en vue de l’établissement de rapports harmonieux entre les Haïtiens et les Dominicains.

–  FIN –

No Comments

Post a Comment