Alienum phaedrum torquatos nec eu, vis detraxit periculis ex, nihil expetendis in mei. Mei an pericula euripidis, hinc partem.

Blog

GARR / Catégories en Français  / Nouvelles  / Actualités  / Migrants  / La diaspora haïtienne en République Dominicaine désireuse de participer à la reconstruction d’Haïti

La diaspora haïtienne en République Dominicaine désireuse de participer à la reconstruction d’Haïti

A un moment où le gouvernement haïtien, à travers le Ministère des Haïtiens Vivant à l’Etranger (MHAVE), annonce son intention de recourir aux Haïtiens/Haïtiennes de l’étranger pour reconstruire Haïti, à travers le programme TOKTEN avec le PNUD et l’OIM, des associations de la diaspora haïtienne en République Dominicaine craignent qu’une fois de plus elles ne soient exclues d’une initiative qui concerne leur pays. Cette préoccupation maintes fois exprimée par la communauté haïtienne en territoire voisin, en raison de l’indifférence souvent affichée par le gouvernement haïtien à leur égard, a été renouvelée lors de la visite à Port-au-Prince d’une délégation composée de représentants de plusieurs associations haïtiennes en République Dominicaine, en juillet 2010. Ces associations regroupées autour de la Fondation « Capacitacion socio-cultural dominico-haitiana » comptent, selon les dirigeants de la fondation, plus de 2,500 ouvriers de la construction. Ces derniers qui ont acquis de l’expérience dans plusieurs branches de ce secteur veulent mettre leur expertise au service du pays qui aura besoin de toute façon de ressources humaines pour refaire son parc immobilier. « Nous sommes venus en Haïti pour prendre contact avec les dirigeants de notre pays afin de savoir comment nous pouvons les aider à reconstruire les maisons, les écoles, les hôpitaux etc. Nous voulons comprendre la situation du pays et le plan de reconstruction envisagé afin de mieux organiser notre participation », avaient confié des membres de la délégation qui avaient rendu visite au GARR.La diaspora haïtienne en République Dominicaine est composée en grande partie d’ouvriers agricoles et de la construction. Généralement, quand on pense aux ressources humaines qualifiées qui pourraient apporter leur contribution au développement d’Haïti, l’on se réfère surtout aux professionnels haïtiens à l’étranger qui ont une formation universitaire et très rarement aux techniciens des métiers manuels. Des propositions pour rompre avec ce schéma en vue de mettre à profit toutes les ressources humaines dont dispose le pays à l’intérieur comme à l’extérieur avaient été formulées lors d’une journée de réflexion du MHAVE autour du programme TOKTEN en juin 2010 et à laquelle des représentants de la diaspora haïtienne en République Dominicaine avaient pris part.Suite au tremblement de terre qui a frappé Haïti le 12 janvier 2010, de nombreuses organisations haïtiennes en République Dominicaine se sont rapidement mobilisées pour collecter des fonds et matériels afin de venir au secours au pays. Plusieurs d’entre elles qui se sont installées dans des camps ou dans des communautés touchées par le séisme continuent plus de six mois après à accompagner les populations sinistrées.

No Comments

Post a Comment