Alienum phaedrum torquatos nec eu, vis detraxit periculis ex, nihil expetendis in mei. Mei an pericula euripidis, hinc partem.

Blog

GARR / Catégories en Français  / Nouvelles  / Organisations Partenaires  / Le GARR et la FECOLOL plaident pour le respect du droit au logement décent pour chaque Haïtien-ne

Le GARR et la FECOLOL plaident pour le respect du droit au logement décent pour chaque Haïtien-ne

Pour marquer la Journée mondiale du logement et de l’habitat, le Groupe d’Appui aux Rapatriés et Réfugiés (GARR) et la Fédération des Coopératives de Logement de Lascahobas (FECOLOL) ont organisé, le 7 octobre 2021, une journée de réflexion pour porter les citoyens-nes à réfléchir sur la problématique du logement en Haïti. Cette activité a été réalisée à Dos-Bois-Rouge, une section communale appartenant à la commune de Lascahobas, dans le Plateau Central, avec l’appui financier de COOPHABITAT.

Le thème choisi pour cette année se porte sur « le droit pour chaque citoyen-ne d’avoir un logement décent ».

Près de 300 personnes, en majorité des femmes, membres de diverses organisations communautaires de base (MOVKAF, ASPIRA, etc.), de coopératives de logement (COLOTA, KLAD, KOLOMM, KOLODD, KOLOSO), des autorités locales (ASEC) et de la Presse locale, ont analysé ensemble les problèmes liés au logement en Haïti et formulé des propositions concrètes qui permettront de garantir ce droit à chaque Haïtien-ne.

En Haïti, un nombre important de personnes n’ont pas accès à un logement décent. Déjà en 2013, l’État haïtien avait révélé dans sa Politique Nationale du Logement et de l’Habitat que le déficit de logement s’estimait à 500 000. Trois ans après, l’ouragan Matthew a presque ou complètement détruit sur son passage environ 200 000 maisons, selon des données fournies par la Direction de la Protection Civile (DPC). Le 14 aout 2021, une fois encore, Haïti a connu un séisme qui a détruit complètement 52 923 maisons.  

Lors de plusieurs massacres ou affrontements entre gangs armés rivaux, de nombreuses maisons ont été incendiées, notamment à La Saline, Bel-Air, Martissant, Fontamara, et plus récemment à Croix-des-Bouquets. Cette situation alimente davantage le phénomène de déplacés internes. Le GARR profite pour demander à l’État haïtien de prendre des dispositions pour permettre aux personnes déplacées dans la région métropolitaine de regagner leur quartier en toute sécurité et d’accompagner les victimes du tremblement de terre dont leurs maisons ont été détruites ou endommagées.

Soulignons que la Journée Mondiale du Logement et de l’Habitat est célébrée chaque année le premier lundi du mois d’octobre dans de nombreux pays. Un ensemble d’activités de sensibilisation, de mobilisation et de plaidoyer sont donc organisées durant tout le mois par de nombreuses organisations en vue de porter les États à se pencher davantage sur cette problématique qui touche environ 1.6 milliard personnes à travers le monde, selon ONU Habitat.

No Comments

Post a Comment